• Vous aussi, créez votre podcast !

  • Lire la présidentielle mexicaine de 2012 et sa contestation à l’aune d’une histoire sociale des élections

    vignetteAmLatine

    Cet épisode fait partie du podcast Séminaire « Amérique Latine » (PACTE)

    • 22 Jan 2013 10:33:55
    • Hélène Combes, chargée de recherche au CNRS, rattachée au CERI - Sciences Po Paris
    • 02 h 48 min
    • 22.63 Mo
    • > Télécharger ( .mp3 ) > Télécharger
    • > Intégrer dans votre site web

      Copiez et collez ce code HTML pour afficher ce média sur votre site web (basé sur Flash).
      Vous pouvez adapter la hauteur et la largeur en donnant d'autres valeurs en pixels aux attributs "width" et "height" dans le code.

    A propos de l’ouvrage d'Hélène Combes : Faire parti. Trajectoires de gauche au Mexique ( Karthala, 2011) (La discussion portera sur le chapitre 4) » Comment construit-on un parti politique ? D’où viennent les militants et les cadres qui participent à sa fondation ? En quoi leur héritage, leur militantisme passé influent-ils sur sa forme, sur ses débats internes, sur son organisation? Quels sont les mécanismes concrets qui permettent l’implantation d’une nouvelle machine partisane sur un territoire national ? A travers le cas du Parti de la révolution démocratique (PRD), parti de centre gauche fondé en 1989 et qui gouverne Mexico – l’une des plus grandes villes du monde – depuis 1997, cet ouvrage éclaire les mécanismes de la fabrique partisane. Il met l’accent sur la relation entre parti et mouvements sociaux, question particulièrement débattue en Amérique latine, en s’intéressant à des dirigeants qui, souvent passés par la guérilla, le militantisme paysan ou la lutte pour les mal-logés, choisissent au tournant des années 1980 de s’investir dans le PRD. Et ce, au moment où le Mexique connaît une importante ouverture politique. Cet épisode fondateur est analysé à l’aune des vagues de mouvements sociaux qui se sont succédé depuis les années 1960. Récits de réunions militantes dans les quartiers populaires de Mexico, entretiens avec les figures de proue du parti, analyse fouillée des activités de ses instances dirigeantes : l’auteur dévoile les rouages quotidiens du PRD et permet ainsi de découvrir la richesse de la contestation au Mexique, au-delà du cas emblématique des zapatistes. Simultanément, elle délivre une belle leçon de sociologie politique des partis qui contribue à renouveler ce genre dans lequel la recherche française a longtemps excellé. » [texte issu du site de Karthala]

    parti politique, élections, Mexique

    Laissez un commentaire

  • Dernières nouvelles