• Vous aussi, créez votre podcast !

  • cours 6

    collisions relativistes

    ggehchje

    Cet épisode fait partie du podcast Introduction à la relativité restreinte

    • 14 Mar 2014 22:13:22
    • Richard Taillet.
    • 01 h 07 min
    • 537.66 Mo
    • > Télécharger ( .m4v ) > Télécharger
    • > Intégrer dans votre site web

      Copiez et collez ce code HTML pour afficher ce média sur votre site web (basé sur Flash).
      Vous pouvez adapter la hauteur et la largeur en donnant d'autres valeurs en pixels aux attributs "width" et "height" dans le code.

    Fin du chapitre sur les quadrivecteurs, définition du quadrivecteur quantité de mouvement dans le cas des particules de masse nulle. Début du chapitre sur les collisions : étude d'un choc mou de deux particules qui se collent pour n'en donner qu'une. Aparté rapide sur les particules du modèle standard de la physique des particules.

    physique, relativité restreinte, Einstein, particules

    6 commentaires sur “cours 6”

    1. Bonjour,

      Dans le cas où l’on ne fait pas appel à la mécanique ondulatoire(quantique E= hc/lambda), on ne peut trouver d’équations pour les masses nulles directement émergente de la RR ?

      cordialement.

       

    2. Bonjour,

      D’abord un grand merci pour vos cours, c’est un vrai plaisir de les suivre. J’ai suivi les cours de relativité restreinte il y a environ 40 ans, et je suis content de m’y replonger.

      Concernant le radiomètre (de Crookes) que vous évoquez, on a montré que ça n’est pas la pression de radiation qui fait tourner les ailettes (voir sur Wikipédia) mais des mouvements thermiques des particule. Si on pousse le vide, ça ne tourne plus.

      Par ailleurs, dans le cas d’un photon vous arrivez à un quadrivecteur quantité de mouvement p=(E/c,E/c,0,0) Est-ce vraiment un quadrivecteur ? Sa norme est nulle ?

      Merci d’avance,
      Cordialement,
      Richard Huméry

       

    3. Bonjour,

      Concernant le radiomètre, vous avez raison, dans le cas où le vide n’est pas assez poussé dans le dispositif. Il me semble avoir suggéré que c’est le cas, mais si je ne l’ai pas fait, j’aurais dû : vous avez raison.

      Merci pour vos commentaires et encouragements ! :)

       

    4. Bonjour et merci pour vos cours.
      J’ai une petite question sur la désintegration bêta,
      je zappe les préliminaire, mais a un moment dans votre calcule vous arriver a :
      m2²gamma2²v2(vecteur)² = – me²gamma e²ve(vecteur)²

      ensuite vous dite faire la norme de v et divisez par c .
      donc

      m2²gamma2²Beta2² = et la vous enlevez le -

      Je comprend pas pourquoi ?
      Merci a vous encore une foi.

      et au passage les vidéo de votre hébergeur ne marche pas sur mon pc portable(la vidéo ne démarre pas), mais les autres site fonctionne, quelqu’un pourai me renseigner ?
      merci

       

    5. Merci; Ca me donne presque envie de retourner à la fac :)

       

    6. Bonjour, un grand merci pour vos cours et félicitation pour cette envie de transmettre le savoir et votre passion. Je suis professeur et vous m’inspirez. Voici ma question:

      Pour une particule de masse nulle mais d’énergie non nulle (ex. le photon):
      E=gamma m c^2, on est « sauvé » car gamma tend vers l’infini.
      Mais QUID si nous sommes dans un milieu très réfringent? Pour maintenir une masse nulle dans toutes les situations, le c qui intervient dans le calcul du gamma et du c^2 est la vitesse de la lumière dans ce milieu? Et que se passerait il si nous sommes dans un milieu où le photon est quasi arrêté? Plus généralement est-ce que le cône de lumière est affecté dans un référentiel avec milieu très réfringent? D’avance merci

       

    Laissez un commentaire

  • Dernières nouvelles